Churchill (2017)

Churchill (2017)

Par Jim Boulay

Le récit se passe dans les derniers jours avant le débarquement de Normandie, une période moins glorieuse pour le premier ministre du royaume uni Winston Churchill parce qu’il se fait littéralement tassé de la sphère décisionnelle au niveau militaire, et on lui demande de rester dans la sphère politique, rassurer les gens, etc. Évidemment, Churchill est contre le projet d’invasion de la France par la mer, lui qui a vécu la première guerre mondiale, a vécu un débarquement maritime comme celui que les alliés s’apprêtent à faire en Normandie et ça s’est soldé comme une catastrophe en 1915. Il se bat pour sa cause presque jusqu’à en être malade, on le sent très empathique pour la souffrance de ses troupes. Il défend sa pensée devant les généraux mais aussi devant le roi. Scène la plus forte du film selon moi, parce qu’après, vraiment… Ploutch.

Évidemment je comprend que l’histoire est ce qu’elle est, c’est un film historique donc, on ne peut pas changer de cours des événement, mais on aurait pu quand même mettre l’Accent sur les moments importants et accélérer aux endroits moins pertinents. Brian Cox est bon dans son rôle, il a la bonne démarche, de proche il ressemble un peu moins à Churchill mais ça passe quand il met son chapeau et qu’il fume le cigare. D’ailleurs avec la quantité de fumée dans ce film là ça m’étonnerait pas que l’équipe de tournage ait tous un cancer du poumon.

Je vais être honnête avec vous, l’histoire n’est pas fameuse, ça coule pas. Le début est bon, les premières minutes sont merveilleuses, on découvre Churchill dans toute sa splendeur et son caractère, on le voit tenir tête à des généraux et être intègre à ses principes après ça se gâche un peu parce qu’évidement tous le monde lui met des bâtons dans les roues et c’est un peu décevant parce que ça devient un film sur l’impuissance, l’attente, et le cynisme. Il y a énormément de scènes d’attentes et d’introspections mais mal placés ou mal choisis ou simplement trop longs. Les moments qui devaient être solennels ou patriotiques, le boost qu’on devait avoir pour comprendre les « revirement » dans la pensée de Churchill sont faibles, ne marchent pas. La musique est là, les échanges de regards, les zooms de caméra, tout est là exprès pour nous faire lever le poil…. mais malheureusement, panne totale, rien qui lève après la scène dont je vous ai parlé tantôt. Le monologue du roi George 6 qui fait comprendre à Churchill qu’ils ne devaient pas [ni le roi lui-même, ni Churchill] aller au front avec les troupes. Bon, Georges 6 n’était pas reconnu pour être un grand orateur (voir le film Le discours du roi), mais quand même, c’est plate, long, pénible, sans émotions et ça dure 6 minutes au milieu du film. J’avais juste envie de lui dire Shut up your majesty, je regarde l’heure, scène suivante: Churchill qui pleure après avoir donné raison au roi. Ça fait une heure que Churchill se bat contre ça et là, soudainement, la queue entre les jambes repentant. À partir de là le film n’est plus seulement un film d’impuissance, c’est aussi un manifeste de l’inaction et de l’immobilisme.
Bon je m’emporte un peu mais, quand on déçoit mes attentes…

Les thèmes dans le film sont contradictoires, on dirait qu’on voulait pas en choisir pour ne rien oublier, et résultat : on n’en réussi aucun parfaitement.
Parce que le film essaie d’être l’histoire d’un homme impuissant, dépassé par le temps, mais ça colle pas du tout. Tant qu’à faire un film sur Churchill, j’aurais pris une autre période de son règne. Parce qu’ici, c’est un peu un film sur le lâcher prise, le fait de laisser se battre ceux pour qui c’est le travail. C’est aussi un film sur le caractère difficile de Churchill, ses sautes d’humeur, sa femme qui en peu plus de l’endurer même si elle est aussi forte que lui. Ses collègues qui le prennent avec des pincettes et qui s’allient pour lui faire entendre raison.
Churchill est à foi le héro et l’anti-héro.

Pour ce qui est du montage et de la photographie, je suis un peu mitigé. Le film a un look intéressant, une photographie ambitieuse, parfois ça marche plus que d’autre, beaucoup de jeu avec la réverbération. malheureusement, il y a beaucoup de mauvaises coupes, qui dérangent mon œil et je suis pourtant pas si sévère que ça quand ça s’enchaîne bien, mais là ça donnait un peu l’impression d’être dans un téléfilm au lieu d’un vrai film. La fin est plate un peu. Beau discours à la radio, malheureusement ça lève pas tant non plus. Finalement y se passe pas grand chose dans ce film là. Si vous aimez les films historiques, vous allez probablement être déçu mais si vous aimez Winston Churchill vous apprécierez quand même la performance de Cox.

NOTE : 5.5/10

Émissions récentes: